Accueil>Élection du nouveau Maire

Élection du nouveau Maire

Discours de Laurent BARON

Conseil municipal du Pré Saint-Gervais 10 septembre 2018

Monsieur le Ministre, et ancien Président de l’Assemblée nationale, cher Claude,
Monsieur le Président du Conseil départemental, cher Stéphane,
Monsieur le Président d’Est Ensemble, cher Gérard,
Mesdames, messieurs les Maires,
Mesdames, messieurs les conseillères et conseillers régionaux,
Mesdames, messieurs les conseillères et conseillers départementaux,
Mesdames, messieurs les élu-e-s,
Mesdames, messieurs,
Chères Gervaisiennes et chers Gervaisiens,

 

C’est avec beaucoup d’émotion et beaucoup d’humilité que je reçois l’écharpe du premier magistrat de la ville.

Je veux d'abord remercier les Gervaisiennes et les Gervaisiens présent-e-s si nombreuses et nombreux ce soir, leur présence m'honore. Nous, élu-e-s, sommes à votre service et donc à votre disposition. Je veux ensuite naturellement remercier les membres du Conseil municipal qui viennent de voter pour ma candidature, en premier lieu, évidemment la majorité municipale, leur confiance m'honore. Je mesure pleinement l’importance de la tâche que vous me confiez, et je vous avoue que j’en suis ému.

C'est une émotion d'une intensité rare car c’est un privilège de se voir confier les destinées de la Ville qui m’a vu grandir et à laquelle je suis profondément attaché.

C'est un immense honneur car devenir Maire du Pré Saint-Gervais, c'est s’inscrire dans les pas de « Grands Hommes ».

De grandes figures se sont succédées à la tête de notre ville pour faire du Pré Saint-Gervais, avec ses habitant-e-s, ce territoire à part où tout le monde se connaît.

Un territoire marqué par son passé industriel et qui a su évoluer sans se renier. Un territoire aux allures de village accroché à Paris, solidement ancré en Seine-Saint-Denis, qui a accueilli femmes et hommes de toutes origines pour qu'ils y fondent leur famille et fassent d'un pré une ville, cette ville que nous aimons.

Je pense bien entendu à Jean-Baptiste Sémanaz, qui fut le premier Maire socialiste du Pré Saint-Gervais. Il a initié les cantines scolaires, œuvré pour la gratuité des fournitures et la mise en place des dispensaires dans notre ville. Si d'aucuns cherchaient notre « ADN municipal », nous venons de là !

Je pense ensuite à Edmond Pépin, Maire du Pré pendant 20 ans, de 1945 à 1965. Homme de convictions qui reste un repère notamment dans l'histoire du mouvement sportif ouvrier.

Je pense naturellement à Marcel Debarge, militant syndicaliste qui nous a quitté il y a bientôt deux ans et qui reste une figure historique de la ville.

Je pense bien évidemment à Claude Bartolone, l’enfant de Tunis, devenu Maire du Pré, Député et qui fut bien sûr aussi Ministre, Président du Département puis Président de l’Assemblée nationale.

Je pense enfin à Gérard Cosme. Mon ami Gérard… La tâche sera lourde pour te succéder. Derrière ton humilité, se cache un homme d’actions qui fait ce qu’il dit. Derrière ta discrétion, se dissimule une vision du Pré claire et forte : celle de la ville solidaire, de la ville pour toutes et tous, où chacun-e se sent bien. Une ville où chacun trouve sa place quelle que soit son origine sociale, culturelle ou géographique.

Et si je mesure la difficulté de la tâche qui m’attend, je peux dire que j’ai été à bonne école à vos côtés pendant ces années.

Gérard, chacun mesure également ton incroyable énergie et ta capacité à convaincre et mobiliser… Chacun connaît ton écoute, ta sincérité et ton souci quotidien de résoudre les problèmes des gens.

Mes chers collègues, « l’humain d’abord », ce slogan juste et bien connu, prend tout son sens avec Gérard Cosme. Sa proximité naturelle, sa sincérité, sa simplicité sont reconnues pas toutes et tous. Gérard, c’est cet homme qui s’engage pour les autres. C’est cet homme qui a fait entrer le Pré dans le XXIe siècle, avec la volonté de toujours faire grandir sa ville.

Cher Gérard, ton attention aux autres et tes convictions ancrées à gauche ont fortement marqué l’action municipale, notre équipe et surtout les Gervaisien-ne-s.

Alors, mon cher Gérard, je te le dis, tu es l'incarnation de ce que les « Pères politiques » doivent être pour les jeunes générations, un grand Monsieur qui n’a jamais cessé de transmettre ; et pour tout cela : Merci. Merci pour tout ce que tu m’as apporté et tout ce que tu vas encore nous apporter.

Merci à toi pour ton engagement, ton investissement sans faille au service de notre ville durant ces vingt dernières années.

Depuis l’annonce de ta démission, de très nombreuses et nombreux habitant-e-s t’ont adressé leur sympathie et leur reconnaissance ; leur présence nombreuse ce soir témoigne de la sincérité de leurs propos. Il me semble naturel que ces témoignages de sympathie et d’amitié se traduisent en acte officiel. Aussi, le 1er acte que je prendrai en tant que Maire sera de solliciter pour toi l’honorariat.

*       *

*

Gervaisiennes, Gervaisiens,

Mes chères et chers collègues,

Je suis ce soir devant vous, dans ce préau de l’école Jean Jaurès… Quel symbole magnifique !

Je sais d’où je viens. Comme mes prédécesseurs, je ne dois rien à ma naissance.

Je suis un enfant du Pré, un enfant aimé de ses parents qui m’ont transmis le goût de l’effort et de l’engagement, et dont la double culture « franco-italienne » a façonné mon rapport aux autres.  

Je suis cet adolescent qui a quitté l’école en 5ème parce que je n'y avais trouvé ni ma place, ni mes envies.

Je suis ce gamin de la cité Jean-Jaurès qui, un jour, après une « connerie » a fini au poste. Ce gamin est devant vous aujourd'hui parce qu'il a été rattrapé par UN homme. Cet homme m'a dit que j'avais sûrement de bonnes raisons d'être révolté, mais que la révolte, c'est dans la politique qu'elle doit s'exprimer ! Il m’a remis sur le chemin de l’école. Il a changé ma vie et ma destinée… Cet homme était Marcel Debarge, Maire du Pré Saint-Gervais, soucieux de ses administrés et des enfants de ses administrés et qui est venu me chercher au commissariat pour m'en sortir. Sans lui, je ne serai pas là devant vous ce soir.

Je regrette qu'il ne sache pas combien je lui dois… Une dette que je rembourserai peut-être un jour en prenant à part un gamin qui aura lui aussi commis une « connerie » et que j'aiderai à revenir dans le droit chemin.

Je suis ensuite devenu un apprenti pour entrer dans la vie active à l’âge de 17 ans pour travailler dans la métallurgie en tant qu’ajusteur.

C’est au Pré Saint-Gervais que je me suis construit.

Même si j'avais manqué l'école, je gardais cette soif d'apprendre, de me former, de comprendre ce qui m'entoure pour mieux le transformer.

L’engagement associatif puis, au sein de la CGT, l’engagement syndical m’ont donné le goût du combat pour la justice sociale et la protection des plus fragiles.

C’est aussi ce qui m’a ramené à l’école. Ce qu'il y a de bien avec l'école, même quand vous avez arrêté tôt votre parcours, dès lors que vous avez des enfants, vous êtes obligés d'y retourner ! Je me suis dit que je devais faire en sorte qu'elle n'abandonne personne alors je me suis engagé auprès de la FCPE.

Et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, j'ai repris l'école. Au point qu’en 2014, Gérard Cosme me fasse confiance en me proposant de devenir conseiller municipal délégué aux Affaires scolaires et périscolaires, un secteur pour lequel j’ai une pensée émue ce soir tant je mesure l’engagement de toute la communauté éducative au service de nos enfants.

Ce soir, il y a une chose dont je suis sûr, c’est que l’École est la clé de l’émancipation, c’est le creuset des valeurs de la République.

C’est pour cela qu’au Pré Saint-Gervais nous apportons une attention particulière à l’Éducation, c’est pour cela que nous y consacrons la plus grande partie du budget communal. C’est pour cela que collectivement, nous avons fait le choix d’un investissement d’avenir pour les nouvelles écoles Anatole-France et Rosa-Parks.

*       *

*

Mes chers collègues,

En mars 2014, les Gervaisiennes et les Gervaisiens ont porté leurs suffrages sur notre équipe, sur notre programme de 45 engagements. Ces engagements sont issus d’une démarche basée sur l’intelligence collective, sur notre capacité à faire avancer notre ville, sur notre volonté d’associer les Gervaisien-ne-s.

Je poursuivrai la réalisation des engagements de l’équipe municipale. Le travail réalisé est d’ores et déjà considérable, comme vous avez pu le voir à l’occasion de notre bilan de mi-mandat.

Nous continuerons à rendre un service public local de qualité.

Nous continuerons d’agir pour construire une ville apaisée, dynamique et moderne.

Nous continuerons d’œuvrer pour la solidarité à laquelle les Gervaisien-ne-s sont profondément attaché-e-s, comme elles-ils l’ont démontré lors de la votation citoyenne.

Nous encouragerons la démocratie locale à travers notamment la mise en place d’un budget participatif.

Nous continuerons d’investir dans nos écoles pour donner toutes les chances de réussite à nos enfants.

Nous donnerons toute leur place aux différentes générations, tant aux jeunes qu’à nos seniors dont le dynamisme et l’engagement citoyen sont une chance pour notre ville.

Nous soutiendrons encore et toujours les acteurs du monde sportif.

Nous continuerons à soutenir la diversité culturelle de notre ville en encourageant toutes les formes d’expression artistiques dans le futur conservatoire de musique et de danse mais également « hors les murs » comme l’ont souhaité les Gervaisien-ne-s.

Nous dynamiserons encore le centre-ville en soutenant les commerçants locaux.

Nous agirons pour l’ensemble des quartiers de notre ville, sans mettre personne de côté.

Mais au-delà de la réalisation de ces 45 engagements, il faut d'ores et déjà réfléchir aujourd’hui à ce vers quoi nous devons nous tourner demain.

« Pré, je fus, ville je suis ». Notre commune existe depuis 1790 et elle a depuis beaucoup évolué. Partie d’un « Pré », elle est devenue une « Ville ». Une ville dense et riche de ses habitant-e-s, qui ne peut faire l’impasse sur les défis climatiques et environnementaux qui s’imposent à nous.

J’en veux pour exemple l’été que nous venons de vivre et qui nous a rappelé la nécessité d’avoir dans nos villes des espaces de respiration telles que les friches ou le futur îlot Danton.

L’installation, dans notre ville, du siège français de WWF n’est pas un hasard et je te remercie Gérard car je sais à quel point tu t’es battu pour y arriver. Elle doit nous conduire à prendre nos responsabilités, alors même qu’il a été rappelé récemment que les villes sont responsables de 70% des émissions mondiales de CO2.

Bien entendu, nous ne pourrons pas agir seul-e-s mais la typologie de notre ville doit nous pousser à être imaginatifs. Notre ambition est de faire du Pré une ville éco-responsable exemplaire.

Nous le savons, la crise écologique creuse les inégalités et les milieux populaires en sont bien trop souvent les premières victimes…

Je ne peux m’y résigner. Nous ne pouvons nous y résigner.

Dans une ville comme le Pré Saint-Gervais qui compte 48% de logements sociaux, nous ne pouvons pas rester indifférent-e-s face aux enjeux de demain, et l’écologie doit être un outil au service de ces milieux populaires. Je vais plus loin, je pense qu'il est de notre responsabilité, nous, élu-e-s, d'impulser au plus vite les mesures dans une ville comme le Pré Saint-Gervais, aux finances solides, aux engagements humanistes, aux convictions sociales écologiques afin que nous puissions servir d'exemple.

Ce Pré de demain, nous le construirons ensemble.

C’est pour cela que dès cette semaine, j’irai à la rencontre des membres de l’administration communale et de leurs services. Dès le mois prochain, je mettrai en place une permanence communale mensuelle pour les agents. Enfin, ma porte, comme celle de mes prédécesseurs, sera ouverte aux Gervaisiennes et Gervaisiens qui pourront être reçus lors des audiences du Maire une fois par semaine.

*       *

*

Mes chers collègues,

Je porte, avec l’équipe municipale, une politique claire, des projets ambitieux pour notre ville et pour ses habitant-e-s, dans la continuité mais également en lui donnant une impulsion nouvelle pour répondre aux aspirations exprimées par les citoyen-ne-s.

Nous savons et nous démontrerons que si l’action politique ne peut pas tout, elle peut beaucoup.

Elle peut beaucoup à condition de faire avec et pour toute-s les habitant-e-s.

Et c’est là l’engagement que je prends en tant que Maire.

Dans la continuité des actions que nous avons menées en matière de démocratie locale depuis 2014, je veux continuer à construire et à innover avec vous que vous soyez responsable associatif, actrice et acteur de notre vie économique et sociale ou tout simplement citoyen-ne engagé-e.

Dans les domaines du développement durable et du numérique en particulier, je veux m’appuyer sur chacun-e d’entre vous et faire appel à vos expertises. Le dialogue et l’échange avec vous seront les maîtres-mots.

Ce soir, nous ouvrons une nouvelle page de notre histoire collective gervaisienne. Soyez assurés que, fidèle à mes valeurs et conscient de mes responsabilités, je saurai tenir la plume comme l’on fait brillamment mes prédécesseurs, pour écrire avec vous le Pré Saint-Gervais de demain.