Accueil>...>Agenda 21 : Environnement, énergie et qualité de l'air

Agenda 21 : Environnement, énergie et qualité de l'air

Paysages, espaces naturels et biodiversité

Le paysage du Pré Saint-Gervais est très urbanisé et marqué par un fort relief au sud de la ville. Cette particularité démarque la ville du reste de l'unité urbaine et a conditionné le développement urbain.

D'aspect champêtre jusqu'à la fin du XIXème siècle, elle laisse aujourd'hui peu de place à la nature (moins de 6 m2 d'espace vert par habitant). Les 6 espaces verts présents sont de petite taille et entièrement artificialisés. La mise en valeur des squares existants revêt par conséquent une grande importance. C'est pourquoi la Ville s'est engagée dans un projet de réhabilitation des squares, inscrit dans le projet de développement départemental "l'Ourcq en mouvement".

3  1 charteLes espaces où peuvent s'exprimer les espèces végétales spontanées sont souvent colonisés par des espèces invasives, qui prennent le pas sur les espèces locales. La faible étendue du territoire de la commune ne permet pas la présence de nombreuses espèces, végétales ou animales, ce qui donne une diversité moins élevée que dans le reste du département. Il y a cependant deux continuités écologiques d'intérêt local sur le territoire, et qui sont des alignements d'arbres.

Les espaces verts et les arbres de la commune sont gérés de plus en plus de façon écologique, notamment pour économiser l'eau d'arrosage par le paillage des massifs. Une Charte de l'arbre a été établie en février 2012 pour recenser l'ensemble du patrimoine arboré de la ville du Pré Saint-Gervais et définir une stratégie de soin ou d'abattage pour les arbres identifiés comme "malade" ou "potentiellement dangereux".

La sensibilisation des habitants à la biodiversité progresse. Des opérations sont menées en ce sens, tel que le chantier de jeunes pour le fleurissement des jardinières et espaces verts de la Cité Rabelais ou le jardin pédagogique, le verger et la prairie de la ZAC Deltéral.

Gestion de l'eau

Le réseau d'eau du Pré Saint-Gervais est composé de ruisseaux souterrains circulant entre la couche de glai3  2 fontainese imperméable et les sols sablonneux des collines, et suintant à certains endroits. Il affleure au niveau d'une fontaine.

La totalité des ménages gervaisiens sont connectés au réseau d'assainissement communal, avec un prix du service à hauteur de 0,55€/m3.La distribution d'eau potable est gérée à l'échelle départementale et assurée par le SEDIF (Syndicat des eaux d'Ile-de-France) certifié ISO 14001 et doté d'un observatoire de la qualité du service public de l'eau.

La consommation globale en eau est constante sur les 4 dernières années. La commune n'a pas d'outil de suivi de ses consommations dans les bâtiments et espaces publics. Cependant, elle prend en compte cette problématique dans les projets d'aménagement (espèces plantées adaptées au milieu, bassin de rétention des eaux pluviales, etc.). Le square de la ZAC Deltéral agira ainsi comme un bassin de rétention des eaux pluviales.

Qualité de l'air et effet de serre

En Ile-de-France, la qualité de l'air est surveillée par AIRPARIF, association type loi 1901 à but non lucratif. Celle-ci permet d'établir les conclusions suivantes.

La ville du Pré Saint-Gervais est située au cœur d'une zone fortement émettrice de gaz à effet de serre (GES) et de polluants atmosphériques. Le secteur résidentiel et tertiaire est en effet particulièrement émetteur. Cependant, elle contribue moins à la production de GES que les autres communes de Seine Saint Denis, du fait de la faible présence d'industries et entreprises et l'accessibilité à pied ou à vélo de l'ensemble des services.

La qualité de l'air y est problématique, mais les objectifs fixés de qualité en 2009 ont été atteints. En 2009, la procédure d'information et d'alerte en Ile-de-France a été déclenchée :

  • 2 fois pour le NO2,
  • 2 fois pour l'ozone,
  • 8 fois pour les particules PM10, dont 1 niveau d'alerte.

A l'échelle des collectivités auxquelles appartient la ville du Pré Saint-Gervais, des documents et outils de planification stratégiques pour la qualité de l'air et la lutte contre le changement climatique sont mis en œuvre. Ainsi, au niveau régional, le PRQA (Plan Régional pour la Qualité de l'Air) et le PPA (Plan de Protection de l'Atmosphère) font références ; le SRCAE (Schéma régional climat air énergie) est en cours, et le département a adopté son PCET (Plan Climat Energie Territorial) en juin 2010.

La communauté d'agglomération Est Ensemble réalise également son PCET. La définition du plan d'actions est prévue pour l'année 2013 et la mise en œuvre des premières actions structurantes en matière de logement, transport, bâtiments publics est prévue pour la fin 2013.

Déchets

La Ville du Pré Saint-Gervais assurait les deux compétences relatives aux déchets : la collecte et le traitement. Depuis le 1er janvier 2010, la compétence de traitement des déchets a été transférée à la Communauté d'agglomération Est Ensemble. La compétence de collecte des déchets sera également transférée. Le syndicat intercommunal (SYCTOM) est chargé du traitement des déchets, et la déchetterie de l'intercommunalité est située à Romainville. Cette déchetterie a un projet de centre de méthanisation.

La sensibilisation des habitants au tri des déchets doit encore être améliorée, puisque les volumes triés sont inférieurs à la moyenne régionale. La ville a conduit plusieurs actions afin de favoriser la mise en place du tri sélectif et de sensibiliser les Gervaisiens à la réduction des déchets. Elle publie par ailleurs régulièrement des articles traitant des déchets dans son magazine communal. La ville a notamment été récompensée par le prix "Objectif Verre 93" pour ses efforts de communication en faveur du recyclage du verre à destination des enfants et des adultes.

3  3 conteneursLe système de ramassage des déchets doit encore être amélioré. En effet, les conteneurs situés sur l'espace public font souvent l'objet de débordements, et de problèmes de dépôts sauvages qui nuisent à la propreté de la ville. De plus, la création de l'EPCI "Est Ensemble" qui devient la structure compétente en termes de collecte et de traitement des déchets, permettra une gestion cohérente et mutualisée des déchets à l'échelle intercommunale.

Risques naturels et technologiques

La commune du Pré Saint-Gervais est peu soumise aux risques naturels et technologiques. Elle est cependant classée en aléa fort à moyen pour le risque de retrait-gonflement des argiles. Cela peut engendrer la dégradation de bâtiments les rendant dangereux. La présence d'anciennes carrières pouvant engendrer des affaissements ou effondrements de terrain est relevée, comme par exemple le site où est installée la cité-jardin Henri Sellier.

Energie

Le SRCAE de la région Île-de-France est en cours d'élaboration et doit être finalisé fin 2012.

La Seine-Saint-Denis quant à elle a adopté son plan climat le 25 juin 2010. En parallèle, la Communauté d'agglomération Est-Ensemble est en train d'élaborer son PCET intercommunal.

La commune du Pré Saint-Gervais est fortement dépendante des énergies fossiles, notamment dans le logement (55% des logements utilisent le fioul ou le gaz) du fait de l'ancienneté du parc immobilier dans sa globalité.

Des opérations visant à améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments résidentiels ont déjà été menées : les tours d'habitation de la Résidence Jaurès, gérées par France Habitation rénovées au cours de l'année 2011 (rénovation des systèmes de chauffage, isolation des bâtiments par l'extérieur, installation de double vitrage).

Par ailleurs, des opérations visant à améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments publics ont été menées (rénovation de la piscine avec mise en place de doubles vitrages, réhabilitation de l'ensemble de la rue Emile Augier, école Nelson Mandela, école Anatole France,…), mais le taux de renouvellement est assez faible. D'autres opérations ont été mises en œuvre, telles qu'un diagnostic de vétusté des chaudières des bâtiments publics réalisé en 2010 avec remplacement de certaines chaudières à condensation ou la mise en place de panneaux solaires pour alimenter les horodateurs.

Les ressources en géothermie sont importantes mais il n'y a pas encore de projet prévu pour l'exploiter. Les autres énergies renouvelables sont difficilement accessibles du fait de la faible étendue du territoire. L'éolien n'a qu'un faible potentiel sur la commune, seul le petit éolien pourrait être développé sur les toitures.

La précarité énergétique augmente dans la commune, tout comme dans l'ensemble de la Région. Ainsi, le nombre de dossiers d'aide au titre du Fonds de solidarité énergie traités par le CCAS a augmenté. Malheureusement, les fonds accordés ne suffisent plus à pallier l'augmentation des dettes des ménages liées à l'énergie.

Afin d'informer ses habitants des enjeux énergétiques, la commune a adhéré à l'agence locale de l'énergie MVE (Maîtrisez votre énergie). Des actions de sensibilisation et d'information sont proposées aux habitants (aides financières, travaux d'isolation, …). Elle souhaite également intervenir auprès des scolaires pour présenter les énergies, l'effet de serre et le changement climatique.

Nuisances sonores et lumineuses

3  5 lumiereLa ville du Pré Saint-Gervais est soumise aux nuisances sonores de deux axes routiers : la RD35Bis et la rue André Joineau. Une carte du bruit, adoptée en 2008, et faisant figurer ces axes, montre qu'ils ne dépassent pas les seuils la nuit. Elle peut également être impactée par le bruit provenant de la RD20 à l'Est et le boulevard périphérique. Ces deux voies ne traversent pas la commune mais en sont suffisamment proches pour l'atteindre.

Un arrêté municipal relatif aux nuisances sonores a été émis le 15 février 1999 pour interdire toute une série de bruits non désirés.
En ce qui concerne les nuisances lumineuses, le Pré Saint-Gervais étant inscrit dans un territoire fortement urbanisé, il est compris dans une zone de pollutions lumineuses intenses. Elles proviennent principalement de l'éclairage public. Aussi, les choix de candélabres sont adaptés pour les réduire, et des périodes d'extinction d'une partie du réseau ont été définies. Ces actions, souvent mal perçues par les habitants qui évoquent un manque de sécurité, une mauvaise visibilité, etc., doivent faire l'objet d'une sensibilisation spécifique pour en expliquer les raisons et les rassurer.

 

 

Retour au chapitre 2 du diagnostic (Offre socio-économique)

 

Consulter le chapitre 4 du diagnostic (Animation, participation citoyenne)

 

Retour au sommaire du diagnostic partagé