Accueil>Busso, la mise au point du Maire

Busso, la mise au point du Maire

Le Pré Saint-Gervais, une ville pour toutes et tous

Chères Gervaisiennes, Chers Gervaisiens,

Je ne suis pas sans savoir que la question de Busso, dernière friche industrielle d’envergure de la ville, intéresse nombre d’entre vous. Certains ont fait de cette question un sujet à polémique alors que cela n’a pas lieu d’être.

Vous le savez, j’ai la volonté de maitriser le foncier et de ne pas laisser la Ville être régulée uniquement par le marché, je refuse que les promoteurs décident seuls ce que sera la Ville de demain. C’est cette conviction partagée avec la majorité municipale qui a guidé ma décision de préempter dans le dossier Busso, conviction partagée avec la population à mon sens.

C’est cette décision qui est l’acte politique fort, la conclusion somme toute logique c’est que l’Etablissement Public Financier d’Ile de France (EPFIF, grand acteur institutionnel permettant aux collectivités de mener ce genre d’opération, en principe hors de portée de nos finances) est devenu propriétaire pour le compte de la Ville pour un montant de 9 millions d’euros.

A l’heure actuelle, je tiens à l’affirmer, il n’y a aucun projet de promoteurs ou autres sur le site Busso. La municipalité reviendra vers la population dans un exercice de concertation afin d’envisager ensemble le futur de cette friche. C’est ce que j’ai toujours fait et c’est un engagement que je réaffirme auprès de vous.

Ceci étant dit, comme de nombreux Gervaisiennes et Gervaisiens, j’ai entendu les diverses rumeurs toutes plus farfelues les unes que les autres tant sur Busso que d’autres quartiers de la Ville faisant fi des réalités voire de la réalité tout court.

  • Une tour dans la Villa du Pré, qui je le rappelle est une copropriété privée !
  • Un projet immobilier piloté par la Ville sur une propriété appartenant à une personne privée
  • La construction de logements sociaux près du gymnase Séverine
  • Un centre d’hébergement pour migrants
  • Des écrits aux titres complotistes où l’on m’accuse de collusions avec des promoteurs...

Récemment, plus grave, le déploiement d’une banderole réclamant « moins de social » au cœur d’un quartier populaire majeur de la ville, adossée à une école où sur le fronton on trouve la devise républicaine « Liberté Egalité Fraternité ». Cette violence symbolique est intolérable.

J’appelle les Gervaisiennes et les Gervaisiens à la vigilance face à ces rumeurs et autres « fake news ». Le point commun de ces dernières : se servir du fragile, du pauvre, du migrant, de celui qui a besoin de la solidarité comme d’un repoussoir. Qu’ont pu penser les enfants habitant dans le logement social en voyant de leurs fenêtres ou en allant à l’école cette banderole infâme qui leur indiquait qu’ils n’étaient plus les bienvenus dans leur ville ?

Je suis le Maire de tous les Gervaisiens, tout le monde a sa place au Pré Saint-Gervais. C’est la tradition de cette ville ouvrière que je n’entends pas trahir.

Les personnes fragiles y trouveront toujours une écoute attentive et de l’aide. Nous combattrons toujours la pauvreté plutôt que les pauvres, les migrants que nous accueillons déjà sont les bienvenus. Enfin la solidarité est une valeur cardinale dans cette ville, j’en suis le garant et c’est là mon honneur. Le développement économique et la qualité de vie doivent profiter à tous et non à quelques-uns, il est vain de vouloir y opposer les mesures d’accompagnement social.

Je ne cèderai jamais aux injonctions populistes et haineuses, je me battrai toujours pour que chacun d’entre vous, quelles que soient votre condition, vos origines, vos croyances ou votre incroyance, votre nationalité, trouvent sa place dans notre Ville.

Je suis votre maire: vous êtes tous au Pré Saint-Gervais chez vous.

Gérard Cosme, Maire du Pré Saint-Gervais
Vendredi 9 février 2018

Réagissez à l'article

Vos réactions

Il n'y a pas de réaction